Comment faut-il ajouter vos centres d'intérêt et loisirs sur votre CV ?

Vous souhaitez rédiger un CV ou l’actualiser ? Si certaines parties comme votre expérience et votre formation sont incontournables, d’autres sont davantage sujettes à question. C’est le cas par exemple de la partie consacrée à vos hobbies. Faut-il écrire vos centres d’intérêt sur votre CV ? Si oui, comment ? Nous vous expliquons tout !

Créer un CV professionnel

Faut-il mentionner vos hobbies ?

En France, il est généralement préférable de lister vos centres d’intérêt sur votre CV. Pourquoi ? Tout d’abord, si vous présentez des hobbies en rapport avec le poste auquel vous postulez, cela permet de mettre en avant une cohérence. Ensuite, ils permettent de donner une image positive de vous, en mettant en avant votre côté hétéroclite ou cultivé. De plus, lorsqu’un recruteur va lire cette partie, il va chercher à identifier ce que l’on appelle aux États-Unis, des « soft skills ».

À l‘inverse des « hard skills » qui sont les compétences techniques que vous avez acquises par votre formation et votre expérience, les « soft skills » sont des compétences comportementales. Ce sont donc des aptitudes qui ne s’acquièrent pas par une formation scolaire structurée mais qui s’apprennent et se développent. Le travail en équipe, la résilience et les capacités d’adaptation et de communication sont quelques « soft skills ». En parcourant certains de vos hobbies, le recruteur doit pouvoir identifier certaines de ces aptitudes.

Enfin, cette partie du CV est importante en vue de l’entretien que vous aurez à passer. En mettant en avant certains passe-temps pertinents, il y a fort à parier pour que le recruteur vous pose des questions sur le sujet durant l’entretien. Si c’est le cas, sachez que c’est généralement bon signe car cela signifie que vous avez réussi à piquer sa curiosité !

Si cette partie n’est certainement pas la plus importante, elle peut toutefois vous permettre d’avoir un petit avantage sur vos concurrents. Mal rédigée, elle pourrait par contre vous faire perdre de gros points, voire vous disqualifier.  Alors quels sont les hobbies à faire figurer et quels sont ceux à éviter ?

Les centres d'intérêt à mentionner

Fort de ce qui a été expliqué précédemment, les hobbies ci-dessous sont importants à mentionner (si vous les pratiquez bien entendu !). Ils permettent de mettre en avant des « soft skills » qui peuvent faire la différence lorsque votre recruteur aura à trancher entre deux candidats.

  • Jouer de la musique : En plus d’être un art, jouer d’un instrument de musique réclame de la patience, de la rigueur et de la précision. Autant de qualités qu’un recruteur recherche chez un candidat !
  • Faire du volontariat : En étant bénévole au sein d’une association, vous montrez que vous êtes porté vers les valeurs d’entraide, de générosité et de désintéressement.
  • Faire du théâtre : En plus de l’aspect culturel, faire du théâtre démontre que vous avez des qualités de représentation, que vous savez mémoriser un texte et prendre la parole en public, que vous avez de l’assurance et donc que vous gérez le stress.
  • Cuisiner : Que vous soyez un homme ou une femme, ce hobby est de plus en plus considéré par les employeurs. En effet, loin d’une tâche domestique en soi, la cuisine véhicule désormais les valeurs de partage, de précision et de rigueur.
  • Être photographe : Être un amateur de photographie dénote un sens pour l’esthétique et la composition.
  • Faire du sport : C’est probablement l’activité phare puisque la plupart des personnes font du sport et que toute activité sportive véhicule des qualités. Par exemple, un sport individuel donne de vous l’image de quelqu’un d’endurant, de tenace et d’autonome. Un sport collectif, quant à lui, permet de mettre en avant votre leadership, votre travail en équipe et votre respect des consignes de votre entraîneur. Enfin, la pratique de sports extrêmes témoignera de votre courage et de votre capacité à vous dépasser et à surmonter vos peurs.
  • Être voyageur : La passion des voyages renverra l’image de quelqu’un qui est ouvert d’esprit et désireux d’apprendre des autres cultures. Cette « soft skill » est primordiale dans un contexte mondialisé comme le nôtre où de plus en plus d’entreprises sont fières de revendiquer leur multiculturalisme. Si vous êtes adepte de vacances « sac à dos », votre recruteur relèvera votre côté aventurier, autonome et débrouillard.
  • Être collectionneur : Toute collection nécessitant du temps, un collectionneur est souvent vu comme une personne patiente et calme. De plus, pour réussir, un collectionneur se doit en général d’être ordonné.

Créer un CV professionnel

Les centres d'intérêt à ne pas mentionner

Bien qu’il n’existe pas de règles précises en la matière, il est en général préférable d’éviter de mentionner les hobbies suivants :

  • Jeux vidéo : La pratique de jeux vidéo est souvent (à tort) mal considérée. En effet, votre recruteur, d’autant plus s’il n’est pas de la même génération que vous, pourrait interpréter ce hobby comme une preuve de manque de maturité ou, encore pire, d’une mauvaise socialisation. De plus, les jeux vidéo riment souvent avec addiction. Votre employeur pourrait donc conclure qu’il prendrait un risque à vous embaucher.
  • Jeux d’argent : Même s’il y a fort à parier pour que votre recruteur ait déjà joué un jour à un jeu d’argent (paris sportifs ou hippiques, casino, etc.), il est préférable de ne pas le mentionner. Sans émettre de jugement de valeur, il est toutefois difficile d’y voir un « plus » par rapport à votre recherche d’emploi. Il s’agit davantage d’une activité personnelle qui ne regarde pas le cadre professionnel. De plus, comme les jeux vidéo, la notion d’addiction est souvent associée aux jeux d’argent. Le gouvernement en fait d’ailleurs un enjeu de santé publique.
  • Chasse : Le respect de la vie animale, boosté par l’avènement du véganisme et du végétalisme, a relégué la chasse comme une pratique potentiellement polémique de nos jours. Il y a donc un risque à mentionner cette activité sur un CV. Or, dans le doute, la règle veut que vous vous absteniez !
  • Vie nocturne : Si vous êtes une personne de la nuit, il n’est pas nécessaire de le mentionner ! Cet aspect concerne uniquement votre vie privée, vous risquez de mettre mal à l’aise le recruteur en lui donnant à penser (à tort sûrement) que votre frontière entre votre vie privée et « publique » est floue.
  • Politique : Ne mentionnez rien qui puisse vous associer à une ligne politique voire à un parti politique. Que ce soient des activités bénévoles en politique ou des fonctions au sein d’un parti, vous perdrez des points à les faire figurer sur votre CV. Il est bien connu que la politique relève du domaine privé. Votre employeur ne voudrait certainement pas avoir à gérer des dissensions au sein d’une équipe pour des questions politiques.
  • Religion : Comme la politique, la religion n’a pas sa place au sein d’une entreprise. La France étant attachée aux valeurs de laïcité, la pratique d’une religion ne doit pas interférer avec votre travail. À être trop ouvert sur ce sujet dans votre CV, votre employeur risque de s’inquiéter. Il pourrait, en effet, interpréter cela comme un engagement, une revendication voire du prosélytisme à demi-mots.

Où et comment mentionner les hobbies dans un cv ?

Nous le répétons, la partie consacrée aux passe-temps est utile mais n’est pas la plus important de votre CV. Pour cette raison, en général, il est bien de mentionner vos centres d'intérêt en fin de CV. Afin de privilégier les autres parties importantes de votre CV, veillez à être très concis sur vos hobbies. Pour cela, sélectionner seulement ceux qui sont pertinents par rapport à l’emploi que vous visez. Soyez précis. Évitez les formules toute faites et ne vous contentez pas d’écrire « sport », « musique » ou « cuisine » mais décrivez l’activité que vous pratiquez. En général, quelques mots suffisent amplement. Contrairement aux autres parties du CV, sachez que l’effet catalogue est toléré pour ce qui est de vos hobbies. Enfin, certains choisissent de lister leurs centres d'intérêt à l’aide de symboles. Si cela se prête à vos activités, n’hésitez pas à utiliser cette technique. Cela vous permettra de gagner de la place sur votre CV et d’y ajouter une touche graphique et dynamique.

Exemples d’hobbies à mentionner

Pour vous aider, vous trouverez ci-dessous quelques exemples d’hobbies (à étayer par vos soins) qu’il peut être intéressant de mentionner. Encore une fois, l’important est que vous citiez des activités que vous pratiquez réellement et qui concernent de près ou de loin le poste que vous visez.

  • Hobbies culturels
    • Lire,
    • Peindre,
    • Écrire,
    • Être passionné par un courant artistique,
    • Être adepte d’un art de vivre (hygge, feng shui, etc.),
    • Être collectionneur.
  • Hobbies sportifs
    • Pratique sportive (football, handball, golf, marathon, etc.),
    • Arbitre,
    • Capitaine d’une équipe,
    • Président ou membre du comité administratif d’un club,
    • Randonnée,
    • Course automobile.
    • Hobbies créatifs
      • Couture,
      • Cuisine,
      • Photographie,
      • Sculpture,
      • Blogging.

Vous l’avez compris, votre employeur ne vous embauchera pas en raison des loisirs que vous pratiquez. Par contre, des loisirs mal expliqués, peu cohérents avec l’emploi visé voire litigieux vous feront perdre des points. Même pour parler de vos loisirs, la rédaction d’un CV est donc tout un art. Alors, pour un CV parfait, demandez l’aide de professionnel et utilisez notre outil en ligne d’aide à la création de CV.

Créer un CV professionnel

Articles connexes

Plus de 112.872 utilisateurs ont déjà rédigé un CV

Avec l'outil de rédaction CVmaker, vous serez en mesure de pouvoir rédiger, aisément et de manière rapide, un CV pertinent, professionnel et convaincant,en 15 minutes seulement.

Créer un CV

Et offrez-vous 65% de chance supplémentaire pour décrocher un emploi